<html> tags cannot be used outside of normal pages.

Nature du sol

De Wiki Cannabique
Aller à : navigation, rechercher

Introduction

Le choix du substrat est trés important, notre plante préférée aime l'eau mais elle doit aussi pouvoir respirer pour fonctionner. La plante entière consomme de l'oxygène comme la plupart des êtres vivant mais celui çi n'est pas apporté par le système vasculaire de la plante (celui çi sert à véhiculer l'eau ainsi que les minéraux et les sucres).
Les tissus de la plante doivent donc se fournir localement en oxygène. C'est donc pour cela que notre substrat doit retenir l'eau mais également avoir une porosité suffisante pour permettre aux racines de respirer.
Plus votre substrat sera poreux, moins il retiendra d'eau mais plus il sera aéré. Celui requerra donc des arrosages plus fréquents mais peu importants. Un substrat trés poreux est idéal car il assure une bonne oxygénation des racines et un apport quasi constant en eau (à condition d'arroser au bon moment).

A l'inverse, un substrat peu poreux retiendra beaucoup d'eau mais peu d'air. Les arrosages devront etre moins fréquents ce qui est certes pratique mais dangereux car les racines passeront plus de temps dans un substrat gorgé d'eau dans lequel il leur est difficile voire impossible de respirer. Il faudra donc attendre longtemps que le substrat sèche pour que les racines puissent respirer. Ce temps sera donc perdu puisqu'il s'agira d'un laps de temps où les racines ne pourront ni respirer ni absorber de l'eau.

En container, la quantité d'eau totale retenue par le subtrat est divisée en trois partie: la réserve facilement utilisable (RFU, qui est peu importante), la réserve utilisable (RU, qui est un peu plus grande que la RFU tout en restant modeste) et enfin la réserve non utilisable qui constitue la majorité de cette eau. Cela signifie que lorsqu'un substrat a atteint un certain degré de dessechement et même s'il est encore bien humide, l'eau n'est plus disponible pour la plante. Nous chercherons donc à faire en sorte que la plante puisse respirer avant que la reserve utile ne soit vidée. On obtient ce résultat en utilisant un substrat trés aéré qui permet la respiration des racines dés qu'un faible partie de l'eau a été consommée. Comme je l'ai dit plus haut, ce genre de substrat requiert des arrosages fréquents mais ils sont toutefois beaucoup plus interessants.

Selon votre région vous devriez déjà avoir une connaissance de la nature de votre sol. Cependant il peut être intéressant de réaliser quelques prélèvements afin de connaître les caractéristiques de ce dernier.Il est préférable de le réaliser en différents endroits et de 30 à 60 cm de profondeur.


La texture du sol

La texture du sol fait référence à la taille et à la proportion des particules minérales qui le composent. Plus spécifiquement, elle réfère à la proportion de sable, de limon et d'argile contenus dans le sol.
Le sable est la plus grosse de ces trois particules. Il est facilement visible à l'œil nu. L'argile, par contre, est beaucoup plus fine. Pour l'observer, il faut utiliser un microscope électronique. Le limon se situe entre ces deux extrêmes.
Selon le pourcentage de chaque fraction minérale, il est possible de regrouper les sols en quatre groupes : sols sableux, sols limoneux, sols argileux et sols loameux. Chacun de ces groupes possède des caractéristiques qui lui sont propres :


Sols sableux (sols légers, terres jaunes)

Les sols sableux sont principalement constitués de sables grossiers. Ces sols se travaillent bien et se réchauffent rapidement au printemps. Ils offrent une bonne aération et un bon drainage, mais ils sont sujets au lessivage (eau et minéraux). Ils sont généralement pauvres en éléments nutritifs et ont tendance à être acides.

aspect visuel:
Sol sec :

  • Les grains de sables sont visibles à l'œil nu.
  • Le sol coule entre les doigts comme du sucre.
  • Le sol est très granuleux et abrasif.

Sol humide :

  • Le sol se modèle très difficilement, il se brise au toucher.
  • Le sol ne colle pas entre les doigts; il est rude et abrasif au toucher.


Sols limoneux

Les sols limoneux sont surtout formés de sables fins et de limons. On dit de ces sols qu'ils sont « battants », c'est-à-dire qu'ils ont tendance à former une croûte en surface sous l'effet des pluies et des arrosages, ce qui les rend imperméables à l'eau et à l'air. Ils se colmatent aussi très facilement, ce qui a pour effet d'asphyxier les racines des végétaux et les organismes vivants du sol.

aspect visuel:
Sol sec :

  • Le sol a une apparence poudreuse ou farineuse.
  • Le sol est doux au toucher.

Sol humide :

  • Le sol est très doux et glissant comme du savon.
  • Il est possible de former un ruban avec la terre en la roulant entre les mains ; le ruban se casse si on essaie de le plier.
  • Le sol est peu collant.


Sols argileux (sols lourds, sols glaiseux)

Les sols argileux contiennent plus de 25% d'argile. Ce sont généralement des sols riches qui retiennent bien l'eau et les éléments nutritifs. Ils sont toutefois mal aérés, mal drainés et ils ont tendance à être alcalins. De plus, ils sont difficiles à travailler, ils se réchauffent lentement au printemps et ils se compactent facilement.

aspect visuel:
Sol sec :

  • Le sol est formé de mottes très dures, difficiles à briser.

Sol humide :

  • Le sol est très collant; il est lisse et brillant.
  • Le sol se modèle très facilement; il est possible de former de longs rubans flexibles en roulant la terre entre les mains.


Sols loameux (loams, terres franches, sols moyens)

Les sols loameux sont constitués d'environ 40 à 60% de sable, 30 à 50% de limon et 15 à 25% d'argile. Ce sont d'excellents sols de culture, car ils présentent un bon équilibre du point du vue de l'aération, du drainage et de la rétention de l'eau et des éléments nutritifs. Ils sont également très fertiles. Ces sols conviennent à la plupart des cultures.

Aspect visuel:
Sol sec :

  • Le sol est un peu granuleux.
  • Le sol peut être manipulé avec précaution, sans en briser les mottes.

Sol humide :

  • Le sol colle un peu et il est un peu granuleux.
  • Si on roule la terre entre les mains, on peut former un ruban; ce dernier se fendille un peu.


Définir la texture de son sol

Test du bocal d'eau

Il s'agit de placer une ou deux tasses de sol sec dans un bocal en verre transparent d'environ 1 litre et d'ajouter de l'eau jusqu'à ce qu'il soit presque plein. On agite ensuite vigoureusement le mélange pendant quelques minutes, puis on laisse reposer pendant au moins 24 heures, puisque l'argile peut prendre plusieurs jours à se déposer (l'ajout de 2 c. à thé de sel de table aide l'argile à se dépose plus rapidement).

Peu à peu, le mélange se stratifie en couches successives : le sable se dépose au fond du bocal, le limon forme la couche intermédiaire et l'argile se dépose sur le dessus. La matière organique flotte à la surface de l'eau.
Selon l'épaisseur des couches, il est possible de calculer le pourcentage de chaque élément.


On détermine ensuite à quel groupe appartient le sol en se référant au pourcentages suivant :

  • sol sableux: 70% et plus de sable, de 0 à 30% de limon et de 0 à 15% d'argile
  • sol limoneux: de 0 à 20% et plus de sable, 80% et plus de limon et de 0 à 15% d'argile
  • sol argileux:de 0 à 40% et plus de sable, de 0 à 45% de limon et de 25% et plus d'argile
  • sol loameux: de 40 à 60% et plus de sable, de 30 à 50% de limon et de 15 à 25% d'argile

Il est possible de corriger les défauts des sols sableux, argileux et limoneux en améliorant leur structure et en corrigeant leur pH au besoin. En ce qui a trait aux sols loameux, il s'agit de maintenir ou d'améliorer leurs propriétés en ajoutant régulièrement de la matière organique.


La structure du sol

La structure d'un sol fait référence à la façon dont les particules de sable, de limon et d'argile sont disposées les unes par rapport aux autres.

Dans un sol bien structuré, les particules de sable et de limon sont liées en agrégats (petites mottes) par l'argile, l'humus et le calcium. Les grands espaces vides entre les agrégats (macropores) permettent à l'eau et à l'air de circuler et aux racines de s'enfoncer dans le sol. Les petits espaces vides (micropores) retiennent quant à eux l'eau dont les plantes ont besoin. Cette structure « idéale » est appelée structure grumeleuse.


La structure grumeleuse comporte de nombreux avantages :

  • Une bonne rétention de l'eau et des éléments nutritifs,
  • Un bon drainage,
  • Une bonne aération,
  • Un bon développement du système racinaire des végétaux,
  • Un travail facile du sol,
  • Un réchauffement rapide du sol au printemps,
  • Une bonne activité biologique du sol,
  • Une bonne résistance à l'érosion et à la compaction.


Recommandations supplémentaires pour améliorer ou maintenir la structure du sol:

  • Ajouter régulièrement de la matière organique (compost ou fumier composté)
  • Stimuler l'activité biologique du sol
  • Corriger le pH au besoin
  • Éviter de travailler excessivement le sol. Privilégier les pratiques telles que le binage ou le léger bêchage
  • Appliquer un paillis au sol


Le travail du sol

Pour permettre aux sols sableux d'acquérir une meilleure structure, il faut les travailler le moins possible. Dans ce type de sol, il est recommandé d'appliquer les amendements et les fertilisants au printemps.
Les sols argileux compacts peuvent être travaillés à l'automne à l'aide d'une fourche puis laissés dans un état grossier pendant tout l'hiver. L'alternance du gel et du dégel aura pour effet de fissurer les mottes de terre. Au printemps, ces dernières pourront être réduites en petits agrégats, ce qui favorisera l'obtention d'une structure grumeleuse. Les sols argileux bien structurés doivent être peu travaillés.

Les sols argileux ne doivent jamais être travaillés lorsqu'ils sont trop secs ou trop humides. En période sèche, ils deviennent durs et crevassés alors qu'en période humide, ils sont faciles à compacter. Le meilleur moment pour intervenir est lorsque les mottes de terre se défont quand on les presse avec les mains.


Evaluer le drainage du sol

Vous pouvez évaluer le drainage de votre sol en suivant les étapes suivantes :

  • creusez un trou de 30 cm à 60 cm de profondeur, remplissez-le d'eau et laissez-le se drainer;
  • remplissez-le à nouveau, puis calculer le temps nécessaire pour qu'il se draine complètement;
  • si le trou se draine en 3-4 heures, votre sol est bien drainé. S'il se draine en 5 à 12 heures, le drainage est modéré. S'il reste de l'eau dans le trou après 12 heures, votre sol est mal drainé.

Caratéristiques chimiques (pH)

Le pH du substrat est également trés important car celui çi determine la capacité de la plante à absorber les nutriments qu'il contient. Il doit etre etre légèrement acide et il est admis que sa valeur doit etre comprise entre 6 et 6.5. Cette valeur est plus importante qu'en hydroponie (je parle de la valeur numérique, pas de son importance pour la culture, la gestion du pH étant plus importante en hydroponie) car le substrat dispose d'une CEC (capacité d'echange cationique) qui aide la plante à assimiler les nutriments. Cette CEC constitue le pouvoir tampon de votre substrat. Cela veut dire qu'en cas de différence entre le pH de l'eau d'arrosage et le pH du substrat, le pouvoir tampon aura tendance à faire coîncider la valeur du pH de l'eau avec celui du substrat. Malheureusement, le pouvoir tampon n'est pas illimité et si vous arrosez avec un pH inadapté sur une longue durée le pH du substrat finira par varier. La CEC implique aussi que le substrat capture une partie des nutriments que vous apportez. Ces nutriments pourront etre libérés plus tard losrque vous arretez d'en apporter et que la plante en demande. Cette notion est particulièrement importante lors de la phase de rinçage. Par exemple, un substrat à base de tourbe ayant une forte CEC demandera d'etre consciencieusement rinçé pour etre debarassé des nutriments qu'il contient.

Dans cette optique, on peut admettre qu'un substrat constitué d'un bon tier de perlite pour deux tiers de tourbe est interessant. Ensuite, libre à vous de consttituer le mélange de votre choix à partir des matériaux de votre choix tout en gardant bien en tête l'importance des paramètres abordés çi dessus. Au final, retenez qu'il n'y a pas de substrat idéal mais un substrat adapté à chaque situation.

Un sol en santé est un sol qui a un pH adéquat. Le pH (potentiel hydrogène) représente la quantité d'ions hydrogène (H+) présents dans le sol. Plus un sol contient d'ions hydrogène, plus il est acide.

On peut connaître le pH d'un sol en utilisant un pH-mètre ou de simple bandelette se colorant en fonction de sa valeur. (mélanger de la terre à de l’eau distillée pour réaliser le test)

  • pH 0 à 6,9 = sol acide
  • pH 7 = sol neutre
  • pH 7,1 à 14 = sol alcalin

Cette échelle est exponentielle, ce qui signifie que :

  • Un sol ayant un pH de 6 est 10 fois plus acide qu'un sol ayant un pH de 7.
  • Un sol ayant un pH de 5 est 100 fois plus acide qu'un sol ayant un pH de 7.


  • Sol trop acide : On corrige un pH trop acide en amendant le sol avec de la chaux ou de la cendre de bois.
  • Sol trop alcalin : Les amendements suivants permettent d'acidifier le sol : soufre, sulfate de fer, aiguilles de pin.


Astuces

Examiner la terre extraite

  • Si elle est de couleur brune ou noire, grumeleuse, riche en débris de végétaux plus ou moins décomposés, le sol est riche en humus
  • Si elle est de couleur blanchatre et de plus en plus claire en profondeur, c'est un sol riche en calcaire

Malaxer une poignée de terre extraite et la laisser tomber au sol

  • La motte de terre s'agglomère et reste intacte après contact au sol, c'est un sol riche en argile
  • La motte ne s'agglomère pas et est friable entre les mains, c'est un sol riche en sable (silicieux)
  • La motte s'aglomère mais se brise en morceaux en touchant le sol, c'est un sol de composition idéale dite aussi terre franche

Les terrains silicieux (sable) et humifères ont une tendance à l'acidité Les sols riches en calcaires sont très alcalins

Autre indices visibles à l'oeil nu : la présence des plantes spontanées

  • En terrain acide poussent spontanément : chataigner, digitale, genet, mousse, petite oseille, prêle, ravenelle
  • En terrain calcaire poussent spontanement : bleuet, camomille, chardon, coquelicot, charme, prunelier...


Liens

Le pH


Auteur(s) et source(s) :


Joke_Herb @ CannaWeed
ShePaKoiFer @ CannaWeed
Slimfast2 @ CannaWeed